10 Mythes populaires sur les Arts Martiaux qui ne sont pas prêt de disparaitre.

Mythe N°1: Apprendre à vous défendre d’une situation dangereuse nécessite des années d’entrainement!
Étudier les arts martiaux traditionnels ou les sports de combat pendant de nombreuses années ne signifie pas nécessairement que vous pouvez vous battre dans la rue.  Pouvoir se défendre contre une agression violente dans la rue peut prendre aussi peu de temps que quelques mois d’entraînement intensif.  A l’inverse, il y a nombreux combattants professionnels qui ont perdu des combats de rue par manque de vigilance.

Nous ne parlons pas de développer des compétences pour le combat en cage, simplement pour la défense et la fuite.  J’ai vu d’excellents résultats avec des élèves qui ont étudié une basique self défense basée sur la réalité pendant quelques mois et ont également maintenu un entrainement pratique sérieux et assidu.  La plupart des combats de rue sont gagnés avant tout par la prise de conscience, un bon état d’esprit, la volonté et la détermination de faire tout ce qui est nécessaire.

Mythe N°2: Les militaires et les policiers savent tous comment se battre!
Ils savent comment utiliser des armes à feu. En songeant à tous les militaires et personnel des forces de l’ordre, à qui j’ai enseigné au cours des années, la plupart de ces gars ne peuvent pas se battre sans leurs armes, mais ils n’ont pas à le faire.  Bien sûr, il y en a quelques-uns qui ont des compétences remarquables, mais ils sont l’exception.  L’État voit les soldats et les policiers comme des consommables.  Ils considèrent que si un soldat perd son fusil et une arme de poing c’est fini. En outre, l’armée n’a pas le temps et les ressources nécessaires pour promouvoir des programmes intensifs de close combat.

Mythe N°3: Je pratique le vrai style, pas un des styles courants que tous les autres pratiquent.
Ces déclarations ont commencé gagne en popularité avec l’avènement de l’UFC. Tout d’un coup les arts martiaux traditionnels étaient sur la défensive, pourquoi, parce qu’ils ne pouvaient pas gagner !  Le seul recours était de dire que tout le monde étudiait les versions simplifiée et qu’un vrai maître ne se battait pas sur un ring, il combattait seulement à mort. J’ai remarqué cette tendance spécifiquement avec le wing chun et le karaté.

J’ai eu une conversation avec un instructeur de wing chun l’an dernier. Il m’a informé que le maître de son maître était meilleur que le maître du maître de Bruce Lee. Et, si vous vous rappelez bien, Bruce Lee a créé le Jeet Kune Do, car il avait perdu la foi en le wing chun comme style de combat ? (Lire son interview dans Black Belt magazine, où ils citent ses paroles réelles) De nombreux pratiquants de Karaté utilisent aussi cette approche, « Eh bien, mon maître était le vrai maître, pas un faux, mais il est si mortel qu’il enseigne uniquement dans sa grotte. »

Mythe N°4: Les mains de mon maître sont tellement dures qu’il peut briser à volonté  n’importe quel objet sans ressentir aucune douleur.
Le conditionnement des membres et des parties du corps pour briser des objets inanimés est aussi vieux que l’humanité. Il n’a rien à voir avec les arts martiaux et plus à voir avec des tours de cirque. Être en mesure de briser les énormes plaques de glace, des briques et des planches ne signifie pas que vous avez une capacité de combat. J’ai rencontré une fois un maçon qui briserait des piles de briques avec une tape modérée de sa truelle. Jamais, il n’a étudié les arts martiaux dans sa vie…

En fait si vous observez bien des concours de casse, vous remarquerez qu’il n’y a plus ingéniosité utilisée que de compétences martiales. Dans de nombreux cas, planches, pierres, briques et tuiles sont soigneusement espacées les unes des autres créant un effet de domino qui aide à casser toute la pile. De plus la formation à la casse des objets inanimés n’est pas bonne pour la santé, cela peut blesser les os, les muscles, les tendons et les ligaments…

Un des plus célèbres pour ses casses était Mas Oyama, sa frappe sur des taureaux n’était pas aussi noble que vous avez pu l’entendre. Il s’est procuré des taureaux malade (ligotés à l’intérieur de l’enclos) et du tenter plusieurs frappes successives avant que le taureau ne tombe. Robert Smith a noté qu’en vieillissant, Oyama avait tant de douleur dans les mains à cause de l’arthrite, qu’il pouvait à peine toucher à quelque chose…

Mythe N°5: Le casse-nuque Hollywoodien.
Nous avons tous vu cela dans la plupart des films d’Hollywood depuis un certain temps maintenant. Un soldat se lève derrière sa victime, attrape sa tête et tout à coup il la tord rapidement d’un côté, la victime tombe morte. Cela a été tellement galvaudé qu’ils l’utilisent même dans les films d’horreur. Bien que la torsion du cou puisse causer des blessures elle ne causera pas la mort.  Vous pouvez en fait tuer ou paralyser quelqu’un en disloquant les vertèbres cervicales et endommager la moelle épinière, mais la méthode d’Hollywood est incorrecte !

Mythe N°6: Si vous frappez quelqu’un suffisamment fort sur le nez, l’os va pénétrer le cerveau et causer la mort.
À ce jour, je reste choqué par tous les gens intelligents qui croient ce mythe. Une partie importante du nez est composée de cartilage. Le cartilage ne transmet pas l’énergie d’une frappe à travers l’os. De plus, si vous examinez l’os du nez, il n’est pas constitué d’un os long comme une tige qui puisse aller nulle part…

J’en ai parlé à un médecin urgentiste et il a dit « je n’ai jamais entendu parler d’un cas de mort de cette manière.  La plus grande partie de la cloison nasale est faite de cartilage. Il y a un os – il casse quand vous avez un « nez cassé ».  J’ai vu beaucoup de nez cassé, parfois causés par les impacts à haute énergie (accident de voiture ceinture) et je n’ai jamais vu une pénétration de l’os nasal dans la cavité du crâne. Il y a, de plus, une distance importante entre le nez et le cerveau.

Mythe N°7: Ne braquez jamais une arme sur un criminel, il va vous la prendre et l’utiliser contre vous.
C’est là un des plus grands mythes, depuis des décennies. Les “médias libéraux” ont propagé ce mythe de nombreuses fois. Croyez-le ou pas, il y a quelques jours, j’ai dû corriger ce point de vue chez un de mes nouveaux élèves. Les médias veulent vous faire croire que nous sommes tous impuissants et il n’y a rien que vous puissiez faire. J’ai parlé avec nombreux ex-détenus et tous m’ont dit la même chose, ils ne veulent pas être blessé, et si quelqu’un sort un couteau ou pointe une arme à feu sur eux, ils vont partir de là rapidement. Mais ils disent aussi que cela dépend de la personne ; s’il n’y a pas d’intention derrière la menace ils peuvent juste choisir de se battre. Ce mythe a le mieux réussi dans des pays comme l’Angleterre, la France, l’Australie, les USA et le Canada, où les gens ne sont pas encouragés à résister aux criminels…

Il y a en fait tellement de choses que nous pouvons tous faire, 1. Avoir conscience de notre environnement, 2. Ne pas agir comme une victime – être prêt à se défendre à tout moment, 3. Se former et apprendre à utiliser son arme, 4. Toujours porter une arme.

Mythe N°8: Quand on apprend un nouveau geste et qu’on le répète de nombreuses fois, c’est intériorisé par les muscles et cela s’appelle la “mémoire musculaire”.
La « mémoire musculaire » est une chose qui n’existe pas. Depuis des années, les pratiquants de combat (ainsi que les autres athlètes) ont compté sur la répétition sans fin pour essayer de figer dans leur mémoire leurs mouvements de corps. Le nom « mémoire musculaire » a été inventé pour ce processus. Mais il n’y a aucune cellule de mémoire musculaire, et sans être activement engagés dans le processus, le cerveau ne va mémoriser aucun mouvement du corps. Le terme correct est « MÉMOIRE MOTRICE ».

C’est le cerveau qui se souvient des mouvements, pas les muscles. La meilleure preuve vient des gens qui ont une amnésie partielle ou totale. Contrairement à l’avis d’Hollywood sur le sujet, dans les cas d’amnésie, beaucoup de personnes avec des compétences de haut niveau (dans n’importe quel domaine) ne peuvent toujours pas accéder à ces compétences et ne sauront jamais qu’ils les ont eues jusqu’à ce qu’ils aient retrouvé leur mémoire. Alors qu’une personne puise automatiquement dans ses compétences cachées comme dans le film  « Bourne Identity », en réalité, cela ne se produira probablement pas (mais il existe des exceptions selon la quantité de dégâts). Le terme correct d’internalisation des compétences est « mémoire motrice ; » et les compétences (par ex. de combat) qui sont liés au système de réponse automatique du corps sont plus rapidement apprises et retenues que les autres…

Mythe N°9: Le coup de poing inversé* du Karaté est le plus puissant de tous. (*gyakuzuki)
Loin de là. Il y a des années, Egami, un instructeur de Karaté japonais réputé voulut prouver l’efficacité des coups en Karaté relativement à d’autres styles de frappes avec la main. Après avoir effectué une série de tests scientifiques, il a conclu que les coups de poing de Karaté étaient les moins puissants de tous.  À son crédit, il révéla ses conclusions au public.  Les coups de poing de boxe et de certaines formes chinoises de frappes avec la main furent bien supérieurs lors des tests. Il semble que les frappes inversées perdent beaucoup de leur puissance à cause de la traction opposée et tournante des hanches.

Mythe N°10: La touché mortel du Kung Fu.
Un autre classique, que vous voyez dans beaucoup de films de kung fu.  En Chine, j’ai rencontré un historien âgé de 83 ans, qui a vécu les purges de Mao.  Il était aussi un adepte des arts martiaux.  Il m’a dit que l’histoire vraie, c’était qu’un combattant portait un dé de doigt ou un appareillage de paume couleur chair qui avait été trempé dans le venin de serpent. Il m’a montré une illustration dans un ancien manuel d’arts martiaux du début du siècle…

For questions or comments about this article email us at: director@defensescience.com
...back to top